Onda Vaga (Buenos Aires) @ Casablanca

Onda Vaga (Buenos Aires) @ Casablanca

Onda Vaga est un groupe argentin qui a vu le jour en janvier 2007 dans un petit bar en Uruguay. Ils ont commencé à jouer en s'invitant dans des fêtes avec leurs instruments et jouissent aujourd'hui d'une certaine notoriété en Amérique du Sud. Onda Vaga, c'est un mélange de rumba, cumbia, reggae, folk, rock et tango et nous invite à nous laisser aller au doux rythme des divers instruments. Source : www.festiweb.be
Hommage à Bob Marley @ B-Rock

Hommage à Bob Marley @ B-Rock

Le 11 mai 1981, Bob Marley nous quittait après seulement 36 ans d'existence... Bob Marley a rencontré de son vivant un succès mondial, et reste à ce jour le musicien le plus connu et le plus vénéré du reggae, tout en étant considéré comme celui qui a permis à la musique jamaïcaine et au mouvement rastafari de connaître une audience planétaire. Bob Marley a vendu plus de 200 millions de disques à travers le monde (il est le plus grand vendeur de disques reggae de l'histoire). 30 ans après, le B-Rock nous offre un hommage au Roi Bob avec l'artiste King Barra...
La Compagnie Cuanol @ B-Rock de Casa

La Compagnie Cuanol @ B-Rock de Casa

Les musiciens de la compagnie cuanol, en majeure partie descendant de célèbres musiciens ou chefs d'orchestre (tel que Beethoven, Mozart et Louis Amstrong) se sont rencontrés lors d'un congrès concernant le commerce mondial de la pistache (ma foi très instructif) :) De longues discussions s'engagent alors dès 1996, dans le but de créer un nouveau concept musical... C'est le 13 février 2006 à 18h04 qu'il se mirent enfin d'accord pour commencer les répètes et créer "la compagnie cuanol". La première répète ne donnera pas grand chose au niveau de la création musicale, mais permettra néanmoins l'invention de la célèbre machine a traire les poules: "machine à traire les poules ®". Les suivantes révèleront leur réel style, à la croisée des chemins entre Johnny Clegg, Ace of base, Kriss-Kross, Denver (le dinosaure), Les Aristochats ou bien encore Jean-Michel Jarre et Sepultura. Les scènes leurs sont alors ouvertes pour présenter leur premier album, créé, enregistré et mixé en 32 heures, 6 minutes et 43 secondes (cf livre des records 2006), s'intitulant "les 2 poules". Le 15 février 2006, pour leur premier concert au Louvre, ils sont immédiatement repérés non seulement par les extra-terrestres, mais aussi et surtout par Jean-Louis Apayne (dont la véritable identité a été cachée pour des raisons évidentes de sécurité nationale) célèbre producteur québécois s'occupant notamment de Steven Cigale. Après une série de concert époustouflant à travers le monde, ils décident le 16 février 2006 de faire une pause bien méritée, d'autant que des tensions naissaient entre les membres du groupe, si on en croit la rumeur, pour des vols de pin's... Un concert pleins de bonne humeur s'annonce au B-Rock !

Barry @ B-Rock de Casablanca

Barry, alias Mohammed Bahri, est un pur enfant de Casablanca, «fils» du vieux quartier ouvrier Hay Mohammedi, qui a vu naître les premiers musiciens de la mouvance contestataire du milieu des années 70. Élevé entre la Darija élaborée d’El Mejdoub ou encore Sidi Keddour El Alami, et la poésie Hassanie de sa région natale, Mhamid El Ghezlane, Barry commence son parcours musical, dans le rap, proche à l’écriture de ses propres références culturelles et l’inspiration située quelque part entre Africa Bambataa et Public Enemy. En 1996, Barry découvre la fusion world music et travaille avec un groupe de rockeurs qui l’accompagne jusqu’à 2001. Année où ils remportent le prix du public et du jury au Tremplin L’Boulevard, sous le nom de la formation Barry and Survivors. En 2005, Barry, lancé dans une carrière Solo, sort son premier single, “labelisé”, suivi de «dear mama», un titre qui trouve alors succès auprès des médias et du public.
Lazywall @ B-Rock de Casablanca

Lazywall @ B-Rock de Casablanca

Lazywall est un groupe de "Hard Rock moderne" puisant son rock alternatif dans les complaintes sonores d'Alice In Chains, la mélancolie de Staind ou encore le punch post-grunge d'Audioslave. Le trio musical, basé à Tanger, réunit deux frères, Nao et Monz - le premier au chant et à la basse et le second à la batterie - tandis que Tarik E assure la guitare. Fondé en 2003 à Reading, en Grande-Bretagne, Lazywall sonne comme un hymne à Tanger. Son nom est une référence à Sour El Maâgazine, légendaire "mur des paresseux" de la ville du détroit. C'est donc loin de Tanger, sa mer et sa médina que les deux frères décident de former un groupe, très vite remarqué dans le milieu alternatif. Entre gigs et créations, Lazywall font, en 2004, d'une pierre deux coups: à Leicester, ils enregistrent leur premier EP, "Barclode Disclosure", et mettent leur talent entre les mains du manager Gary Field. En 2005, Lazywall allie le son à l'image en tournant, sous la houlette de Ben Hadler, le clip de "Reality", l'une de leurs chansons fétiches. La même année, ils signent un deuxième EP, "Demo". Lazywall sont repérés par les médias british, forcent l'admiration du public et sont même contactés par VisitBritain pour intégrer "Superficial", l'un de leurs titres, dans la compilation du guide de voyage. C'est en 2006 que Lazywall donnent naissance à leur premier album. "Primal Tapes" est enregistré à Chicago par Steve Albini (Nirvana, the Pixies, Plant & Page,...) et masterisé à Londres, dans les prestigieux Abbey Road studios. C'est aussi en 2006 que le groupe fait son premier retour aux sources, au Maroc, sur la scène du festival l'Boulevard. 20 000 personnes sont au rendez-vous. Un signe pour Lazywall, qui pense désormais à revenir s'installer à Tanger, son premier amour. En attendant, ils continuent de tourner outre-manche: ils assurent, en septembre 2006, la première partie de Breed77 à Reading, s'envolent pour un concert au Prague's Rock Café en février 2007, puis en Avril au Tattoo Art Festival de Paris. En juillet 2007, ils jouent dans leur ville natale lors des Nuits de la Méditerranée. En octobre de la même année, c'est le Hard Rock Magazine français qui parle de Lazywall, incluant leur chanson "Back to the Cradle" à sa compilation. En 2008, Lazywall posent leurs bagages à Tanger et entament l'enregistrement de leur deuxième album, "Apoptosia". Mettant en musique leur retour au bercail, Lazywall mixent sonorités et darija marocaines dans leurs nouveaux morceaux. Ils se produisent en Mars au festival international des Nomades, emplissant les dunes de M'hamid El Ghizlane de leurs riffs saturés. En Mai, c'est la capitale qui découvre leur Rock entraînant, sur la scène des Mghrib Music Awards, au théâtre Mohammed V de Rabat. Les médias marocains sont sous le charme, et la chaîne Medi 1 sat leur consacre un portrait dans son émission Echos People. En juin 2008, Lazywall retrouvent le public de Casablanca, pour un second show lors de la dixième édition du festival L'Boulevard. Les tangérois vont ensuite conquérir les Etats-Unis, se produisant au Joe's Joint à Los Angeles, précédé d'un show au SXSW 2009 à Austin, Texas, accompagnés aux guitarres par Mark Levine, auteur du livre "Heavy Metal Islam" et au clavier par Anton Pukshansky, producteur et deux fois vainqueurs des Grammy Awards . C'est d'ailleurs lui qui s'est occupé, en juin 2009, de mixer et de finaliser "Apoptosia", dont le premier single, "Cold Enemy", est prévu dans "Flowers in the Desert" la compilation de l'EMI, le renommé major du disque.
Barry @ B-Rock de Casablanca

Barry @ B-Rock de Casablanca

Barry, alias Mohammed Bahri, est un pur enfant de Casablanca, «fils» du vieux quartier ouvrier Hay Mohammedi, qui a vu naître les premiers musiciens de la mouvance contestataire du milieu des années 70. Élevé entre la Darija élaborée d’El Mejdoub ou encore Sidi Keddour El Alami, et la poésie Hassanie de sa région natale, Mhamid El Ghezlane, Barry commence son parcours musical, dans le rap, proche à l’écriture de ses propres références culturelles et l’inspiration située quelque part entre Africa Bambataa et Public Enemy. En 1996, Barry découvre la fusion world music et travaille avec un groupe de rockeurs qui l’accompagne jusqu'à 2001. Année où ils remportent le prix du public et du jury au Tremplin L’Boulevard, sous le nom de la formation Barry and Survivors. En 2005, Barry, lancé dans une carrière Solo, sort son premier single, "labelisé", suivi de «dear mama», un titre qui trouve alors succès auprès des médias et du public.
Ghost Project Tour @ Morocco

Ghost Project Tour @ Morocco

Ghost Project fait le tour du Maroc en 2011... LES DATES # B-Rock @ Casablanca, le vendredi 15 avril 2011 à 21h00 (sous le petit rocher) # Le Petit Rocher @ Casablanca, le jeudi 28 avril à 21h00 Concert très privée avec Hit Radio pour la sortie de l'album # Le Tremplin 2011 @ Casablanca, le samedi 14 mai à 18h30 Lieu : Anciens Abattoirs de Casablanca. # Mawazine 2011 @ Rabat, le samedi 28 mai à 21h30 Scène Salé